COP21 : Une discussion sur les enjeux environnementaux s’ouvrira le 30 novembre à Paris

La 21ème Conférence sur le climat, dite « COP21 » aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Elle vise à conclure un accord « juridiquement contraignant » engageant 195 Etats afin de stabiliser le réchauffement climatique.

Quatre objectifs pour lutter contre le réchauffement climatique

Le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat), évoque dans son 5ème rapport en 2014, l’impact négatif de l’activité humaine sur le réchauffement climatique. Celle-ci serait responsable d’une hausse des températures de 0,85°C depuis l’époque préindustrielle. Selon leurs études, deux scénarios seraient donc possibles à l’avenir.
Dans le premier scénario, si aucune action n’est mise en place, nous subirions une hausse de 4 à 5°C d’ici 2100, aux conséquences irréversibles sur l’environnement et l’homme. Dans le deuxième scénario, une réduction radicale des émissions de gaz à effet de serre (de 40% à 70% d’ici à 2050) permettrait de réduire la hausse à 2°C d’ici 2100.

Or, les émissions mondiales continuent actuellement d’augmenter de près de 2% par an depuis 2000. Les quatre principaux objectifs de cette conférence sont :

  • Le maintien de la hausse de température en dessous de 2°C,
  • La remise des engagements de réduction des émissions de GES de chaque pays aux Nations Unies avant le 31 octobre afin de trouver une trajectoire globale et de favoriser la négociation entre les pays,
  • Le financement de la lutte contre le changement climatique et la mise en place le « Fonds vert pour le climat » aidant les pays en voie de développement à réduire leurs émissions de GES,
  • La présentation d’engagements concrets d’actions.

Le principal enjeux sera d’assurer que l’engagement des Etats soit à la hauteur de l’objectif du maintien d’une hausse des températures en dessous de 2°C. En effet les pays se projettent jusqu’à 2030-2050 au mieux et non jusqu’en 2100.

De plus, les négociations climatiques tentent de respecter un principe de « responsabilité partagée mais différenciée », les pays en voie de développement ne souhaitant pas subir les mesures prises pour le réchauffement climatique dans leur développement économique.

La COP21 doit permettre de fixer un nouveau cadre d’engagements plus large que le protocole de Kyoto. Ces engagements seront corrigés à moyen terme et vus de manière plus ambitieuse dans le futur.

Concernant le marché de l’électricité verte, la principale attente est une sensibilisation générale des acteurs économiques permettant un engagement croissant vers un achat responsable d’électricité et une orientation vers l’électricité d’origine renouvelable.

Source : Connaissance Des Energies – COP21 (Conférence sur le climat de Paris)


Ivan Debay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.