La commande publique, levier privilégié des villes pour lutter contre le changement climatique

Jeudi 26 mars dernier, à neuf mois de la conférence de Paris sur le climat, 32 maires et élus de métropoles européennes se sont donnés rendez-vous à Paris pour débattre et prendre des mesures concrètes dans la lutte contre le changement climatique.

 Les villes, espaces géographiques et sociaux en constante mutation, hébergent désormais plus de la moitié de la population mondiale. De ce fait, et parce qu’elles abritent la majeure partie de l’activité économique et des activités humaines en général, les villes émettent 70% des émissions globales de gaz à effet de serre. Agir est donc urgent, et c’est dans l’optique de pousser pour un « accord global et contraignant » que les leaders des grandes villes européennes se sont réunis à Paris.

  • Des objectifs quantifiables :

Pour peser dans les tractations climatiques mondiales, les villes se doivent d’arriver à la table des négociations avec des mesures concrètes. A Paris, les 32 villes présentes se sont donc engagées à réduire volontairement leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40% à l’horizon 2030. En prenant cette voie, elles confirment et appuient l’objectif européen cherchant à diminuer l’émission de GES des 28 de 40% à l’horizon 2030.

  • Une commande publique plus verte, principal levier d’action :

 Atteindre cet objectif ambitieux ne se fera pas sans mesures concrètes, et c’est conscients de cela que les édiles locaux ont annoncé dans un communiqué les principaux leviers qui seront utilisés. Parmi ces outils, verdir la commande publique de ces villes représente sans doute l’opportunité la plus grande d’opérer un changement de grande ampleur vers des villes plus vertes. Espérant un effet d’entraînement, les villes vont miser sur trois grands axes :

  1. L’accroissement de la part des véhicules hybrides et électriques dans le parc automobile de ces municipalités,
  2. La mise en circulation de véhicules de collecte et de propreté urbaine fonctionnant au gaz naturel,
  3. Et enfin l’augmentation de la part de l’électricité renouvelable dans le mix de consommation des municipalités, c’est à dire l’utilisation de garanties d’origine pour la couverture de leur consommation d’électricité.

Pour retrouver la déclaration de Paris, suivez le lien ci-dessous :

http://www.paris.fr/accueil/environnement/paris-et-villes-europeennes-se-mobilisent-pour-le-climat/rub_9654_actu_154571_port_23775

 


Ivan Debay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.