Rencontre avec Preben Munch

preben-munch

Preben Munch évolue depuis plus de 30 ans dans les domaines de l’industrie et de l’énergie. En 2000, il démarrait une activité de courtage de l’électricité en France pour le compte d’une société norvégienne. C’est ce qui l’a conduit à se spécialiser dans ce secteur et par la suite a travaillé sur différents projets d’énergies renouvelables, entre autre en Afrique. En 2009, il entre chez ECOHZ avec pour mission de développer le portefeuille de clients corporate. Jusqu’à maintenant, l’entreprise ne travaillait pas avec le client final mais plutôt avec des intermédiaires, revendeurs ou fournisseurs. Il assure depuis le rôle de directeur responsable des clients corporate et des partenariats stratégiques.

 

1) Les entreprises s’engagent de plus en plus dans une consommation d’électricité verte, quel(s) intérêt(s) voient-elles dans cette démarche ? 

Le choix de l’électricité renouvelable devient de plus en plus évident pour les entreprises !  La prise de conscience liée au changement climatique pousse davantage d’acteurs à s’engager et le sujet des énergies renouvelables est désormais pris au sérieux et soutenu au sein des conseils d’administration en interne.

Il y a dix ans, certains acteurs « pionniers » s’y sont intéressés comme Google, Amazon ou encore Apple. Ces entreprises sont issues de secteurs où la croissance de consommation est importante et avaient un intérêt évident à se positionner sur les énergies renouvelables pour les data center.

Depuis, beaucoup d’autres ont suivi. Le grand public est mieux informé grâce au suivi médiatique de la COP21 et a ainsi plus d’attentes envers ces entreprises qui suivent alors le mouvement.

Pour certaines, il s’agit aussi d’un atout qu’elles peuvent mettre en avant. Lors d’un appel d’offre, le critère de l’impact écologique peut désormais représenter entre 10 et 20% de la note finale. Les entreprises n’hésitent donc plus à établir des programmes structurés avec leurs fournisseurs pour simplifier l’accès aux énergies renouvelables.

 

2) Le marché de l’électricité de sources renouvelables en Europe et dans le monde a fortement évolué ces 6 derniers mois, que pouvez-vous nous dire à ce sujet ? 

Pendant des années, les acteurs historiques n’ont pas vraiment cru à l’avenir des énergies renouvelables. Des investissements étaient entrepris mais sans réelle conviction. C’est pourquoi, lorsque le marché a enfin révélé son potentiel, certains n’ont pas su se positionner assez rapidement tandis que d’autres plus petits acteurs ont su tirer partie de ce revirement de situation !

Maintenant, la plupart des acteurs ont su adapter leur stratégie et s’engagent sur ce chemin de développement. Comme on dit « Business drives business ». Ce développement d’activité qui était au départ portée par des entreprises pionnières a créé une dynamique de marché, augmentant l’offre puis la demande… pour en faire un véritable cercle vertueux !

En Europe, cela a évidemment un impact sur la croissance de la capacité de production des énergies renouvelables, et influence son prix qui a lui-même fortement évolué ces derniers mois.

Au niveau mondial, cela est plus fragmenté compte-tenu la structure des marchés nationaux : le volume du marché des États-Unis représentent 15/20% du marché européen et l’on compte plus d’une trentaine de pays, hors Amérique du Nord. Toutefois, la tendance au niveau global et que la demande et le prix augmentent également.

 

3) Pour une entreprise qui souhaite consommer de l’électricité verte, quelles solutions existent ? 

Avec l’évolution de la demande, on assiste évidemment à une évolution de l’offre.

La première étape avant de se lancer dans la consommation d’électricité verte est la définition de ses ambitions: quel impact doit avoir ma consommation ? Pourquoi ? Sur quelle durée ? Quelle zone géographique ?

Pour s’engager dans une consommation d’énergie renouvelable, il existe ensuite plusieurs niveaux tels que :

– l’achat de «  energy attribute certificats» qui documentent l’origine de la production de l’électricité, en Europe connus comme des Garanties d’Origine (GO). Les GO peuvent être achetées avec des spécificités géographiques, technologiques, avec ou sans label, etc. L’engagement se fait sur une ou plusieurs années et encourage le développement des sites de production d’énergie renouvelable.

– Pour des entreprises qui souhaitent avoir un impact plus important, il existe un produit appelé « ECOHZ GO2«  qui assure un financement aux nouveaux projets en manque de capitaux. Quand un client achète ce produit, une majeure partie du montant est attribuée à des projets identifiés par ECOHZ et sélectionnés avec le client. Cette opération permet d’assurer la dernière partie du financement du projet !  Le dernier projet a été porté par H&M et a permis de financer un projet de parc éolien.

– Pour des entreprises souhaitant prendre des engagements à plus long terme, le « Power Purchase Agreement » (PPA) est possible dans certains pays avec un certain nombre de producteur. Ce système où le consommateur s’engage à acheter de l’électricité à un producteur existe depuis longtemps. Avec un PPA, les entreprises s’engager à acheter la production souvant d’un projet qui n’est même pas encore réalisé ! Ce projet prend donc vie grâce à ces promesses d’achat à travers le PPA sur les prochaines 10 à 20 années.

– Enfin, certains industriels installent des panneaux solaires sur leurs sites de production pour couvrir une partie de leur consommation. Avec la baisse des coûts du matériel, cela devient plus intéressant financièrement.

 

4) Quelles sont les principales difficultés qu’elles peuvent rencontrer ? 

Dans le cas de l’achat de GO, cela est très simple. Le système des GOs repose sur des directives européennes et la transparence est assurée par la législation de chaque pays membre. Cette année, plus de 600 millions de certificats seront échangés. Cela indique bien que le système est bien en place et que les échanges se font sans complexité. Toutefois, il peut y avoir des variations de prix assez importantes en fonction du produit choisi et du timing des transactions.

Avec un accord PPA, cela est beaucoup plus compliqué. Il exige un engagement très lourd de la part de l’entreprise qui s’engage dans un projet avec un risque financier important, sur une longue durée et avec un cadre juridique complexe. C’est pourquoi la négociation d’un contrat PPA peut durer plusieurs années.

Cela explique en grande partie pourquoi la majorité des entreprises se lancent dans les énergies renouvelables à travers l’achat des certificats. La procédure est simple, sans risque et, à l’aide des conseils d’un interlocuteur de qualité, il est possible d’être orienté vers LE produit qui correspond à ses ambitions et sa stratégie d’entreprise.

Le marché des énergies renouvelables a beaucoup évolué ces derniers temps !  Cela renforce l’intérêt d’avoir un interlocuteur spécialisé qui suit au jour le jour les évolutions du marché, les opportunités, les nouveaux produits et l’évolution du prix. Origo ayant une très bonne connaissance du marché et du tissu industriel français et ECOHZ de par sa position de leader européen depuis plus de 15 ans sur ce marché permettent ainsi aux entreprise d’accéder et de participer à un portefeuille de projets d’origine géographiques variés en Europe et dans le monde.

 

Merci à Preben Munch pour cette interview ! Retrouvez son profil sur Linkedin et sur le site d’ECOHZ

 

EnregistrerEnregistrer