Les entreprises vers la neutralité carbone grâce aux EAC.

Plusieurs standards internationaux, notamment celui de l’initiative Science Based Targets (SBTi), incitent les entreprises à atteindre la neutralité carbone. Ces plans ambitieux participent à l’objectif commun, qui est le maintient de la température globale sous la barre de 1,5°C. 

Evidemment, la consommation d’électricité d’origine renouvelable fait partie des démarches incontournables. La SBTi impose par exemple une consommation volontaire d’électricité verte de minimum 85% avant 2025 et 100% avant 2030. Cette nouvelle peut avoir un impact considérable sur le marché des Energy Attribute Certificates (EAC) dans les années futures. Ceux-ci sont en effet très souvent utilisés pour atteindre ces objectifs.

C’est ainsi l’occasion de rappeler que l’utilisation des EAC est reconnue et même recommandée par de nombreux standards de référence.

Le GHG Protocol : la référence internationale de la comptabilité carbone 

Le GHG Protocol est l’outil référence utilisé par les grandes multinationales pour réaliser le calcul et le reporting de leurs émissions carbones annuelles. L’organisation propose en effet un guide pour chaque scope d’émission (scopes 1, 2 et 3), ainsi que de nombreux contenus pour une meilleure compréhension des sujets techniques.

Les scopes d'émissions carbones.
Source : GHG Protocol

Les émissions indirectes liées à la consommation d’énergies, donc l’électricité, sont attribuées au scope 2. Dans son guide du scope 2, le GHG Protocol reconnaît l’utilisation d’EAC comme vecteur de réduction des émissions du scope. Si une entreprise consomme 100% d’électricité d’origine renouvelable grâce à des EAC, son scope 2 est donc réduit à 0gCO2eq/MWh[1]. Le standard recommande même l’utilisation d’EAC, considérés comme le moyen le plus précis de tracer l’électricité.

La Science Based Target initiative (SBTi) : maintenir le cap sous la barre des 2°C

La SBTi propose aux entreprises des objectifs pour répondre à l’enjeu du réchauffement climatique, en fonction de leur domaine d’activité. Ces objectifs sont conformes aux dernières recommandations scientifiques pour limiter le réchauffement climatique. Si toutes les entreprises d’un secteur d’activité suivent les objectifs fixés par l’organisation, alors ce secteur aura fait le nécessaire, à son échelle, pour maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C. Les entreprises les plus ambitieuses peuvent même suivre une trajectoire sous le 1,5°C.

L’utilisation d’EAC pour prouver la consommation d’électricité renouvelable est bien reconnue par l’initiative.

Le Carbon Disclosure Project (CDP) : l’évaluation de l’impact environnemental d’une entreprise

Le CDP note les entreprises internationales sur l’impact environnemental global de leur activité. Trois domaines sont concernés : le changement climatique, l’impact forestier et l’impact sur l’eau. Pour être noté, les entreprises doivent rendre compte de leurs stratégies dans chacune des catégories et faire le bilan de leur progrès chaque année.

Le CDP utilise le GHG Protocol comme source fiable du rapport des émissions carbones. L’utilisation d’EAC est donc reconnu par le CDP dans la notation pour le changement climatique.

La RE100 : la plus grande mobilisation internationale de consommation d’électricité verte

L’initiative RE100 rassemble les plus grandes multinationales engagées dans la démarche d’une consommation d’électricité 100% renouvelable à travers le monde. Les entreprises doivent en l’occurrence avoir des objectifs ambitieux. Un engagement minimum de 60% d’ici 2030 est imposé. L’utilisation des EAC est fortement conseillé pour atteindre les 100%, du fait de la difficulté de couvrir la totalité de sa consommation via l’autoconsommation ou les PPAs.  

Les Garanties d’Origine, RECs et I-RECs, qui sont les trois principaux systèmes de traçabilités de l’électricité verte sont donc indispensables pour répondre aux objectifs et standards internationaux. Ces différents programmes valorisent la politique environnemental d’une entreprise et leur permettent d’être plus transparentes auprès de leurs parties prenantes. 


[1]GHG Protocol Scope 2 Guidance, Page 51, table 6.5 : https://ghgprotocol.org/sites/default/files/standards/Scope%202%20Guidance_Final_Sept26.pdf