L’ « Union Européenne » de l’énergie, priorité de la Commission Européenne

La Commission Européenne a publié le 25 Février dernier un communiqué de presse pour réaffirmer l’importance de la mise en œuvre d’une Union de l’énergie. Constatant que le manque d’infrastructures modernes, l’absence de coordination des politiques énergétiques et les carences des marchés européens de l’énergie sont un frein pour permettre aux consommateurs et aux organisations de bénéficier d’une meilleure qualité de service et de la baisse des prix de l’énergie, la Commission a fait de la mise en place d’une Union de l’énergie son cheval de bataille.

  Ce qu’Union de l’énergie veut dire :

-Plus de solidarité entre les Etats-membres. Cela signifie une meilleure coopération entre les pays de l’Union dans la négociation de l’approvisionnement de ressources énergétiques avec les pays extérieurs à l’UE.

-Liberté de circulation de l’énergie, que la Commission assimile à une cinquième liberté. Pour cela, la Commission prévoit une meilleure intégration des marchés européens de l’énergie et de l’électricité, une meilleure intégration de l’électricité verte et le remaniement des interventions de l’Etat sur les marchés intérieurs et en ce qui concerne les subventions préjudiciables à l’environnement.

-Mise en avant de l’efficacité énergétique comme moyen d’action prioritaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

-Poursuite et accélération de la transition vers une société à faible intensité carbone. Cela passe par une promotion des réseaux intelligents pour une meilleure réponse aux nouveaux enjeux de l’énergie, notamment de l’arrivée en masse de l’électricité renouvelable et la poursuite des recherches visant à faire de l’UE une zone leader dans le développement des énergies renouvelables et de l’électromobilité.

•    Chiffres clés de l’énergie en Europe :

La Commission communique sur quelques chiffres clés, notamment en ce qui concerne les énergies renouvelables :

-Les entreprises européennes du secteur des renouvelables ont un chiffre d’affaires annuel de 129 milliards d’euros et emploient plus d’un million de personnes. Le défi est de maintenir le rôle de leader que joue l’UE dans les investissements à destination des renouvelables.

-Les émissions de gaz à effet de serre ont chuté de 19% entre 1990 et 2012

-La quantité de CO2 émise par unité de PIB a chuté de 40,9% entre 1990 et 2012 au sein de l’UE à 28. Passant de 419 tCO2/million de $ en 1990 à 248 tCO2/million de $ en 2012.

-En 2030, l’UE va chercher à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40%, d’augmenter la part des renouvelables à au moins 27% et d’améliorer l’efficience énergétique d’au moins 27% également.

•    Les mesures adoptées aujourd’hui :

Dans son communiqué, la Commission annonce les mesures prises dans ce sens. Elles sont au nombre de trois :

-La structuration d’un cadre stratégique pour une « Union de l’énergie résiliente ». Dans ce cadre, sont prévues entre autres de nouvelles mesures législatives visant à redessiner et réorganiser le marché de l’électricité et un nouveau train de mesure en faveur des énergies renouvelables.

-Une communication portant sur l’interconnexion détaillant les mesures prévues pour atteindre l’objectif de 10% d’interconnexion électrique d’ici 2020.

-Une communication explicitant la position de l’UE en ce qui concerne les négociations climatiques internationales, en vue de la COP 21 de Paris.


Ivan Debay